vendredi 11 avril 2014

La Cantatrice chauve

Couverture La Cantatrice chauve

Résumé


Qu'importe que la cantatrice soit chauve puisqu'elle n'existe pas ! Dans cette petite "anti-pièce", première oeuvre dramatique de Ionesco, il n'est fait référence que deux fois à la cantatrice chauve, personnage dont on ne sait rien et qui n'apparaît jamais. Il s'agit bien là d'un Nouveau Théâtre, celui qui donne naissance à des pièces sans héros, sans sacro-sainte division en actes, sans action, sans intrigue, avec en guise de dénouement la quasi-répétition du début, et dont les traditionnelles retrouvailles sont remplacées par une parodie de reconnaissance d'une invraisemblance ahurissante. Les personnages, tout droit sortis d'un manuel de langue, ne s'expriment que par clichés, disent une chose pour aussitôt affirmer son contraire, trouvent une jubilation idiote à employer proverbes et maximes tout en les pervertissant sans même s'en apercevoir... Cependant, très vite, le langage s'"autonomise", se libère de toute contrainte, et l'on assiste avec plaisir au divorce du sens et du verbe. Il en résulte un petit chef-d'oeuvre comique, traité sur l'absurde, variation sur la bêtise et paradoxalement éloge du pouvoir du langage.
Présentation du livre

Titre du livre : La Cantatrice chauve
Auteur : Eugène Ionesco
Editions : Gallimard/Belin
Format : Poche
Nombre de pages : 121 (avec le dossier, le livre en lui-même faisant une cinquantaine de pages)

Mon avis

J'ai du lire cette pièce de théâtre pour mon cours de français. J'avoue qu'au début je n'étais pas tellement tentée ; beaucoup m'avaient décrit cette pièce comme étant totalement barrée et trop étrange pour la comprendre... Au final, je peux dire que j'ai adoré ma lecture, je n'en reviens pas à quel point ! Ma première découverte de l'absurde (et certainement pas la dernière...) a été fantastique.


Il s'agit d'une pièce de théâtre où jouent six personnages : M et Mme Smith, M et Mme Martin, la bonne, Mary, et le capitaine des pompiers. Ce sont des protagonistes difficiles à cerner, très distant et froids, seulement des marionettes dans le théâtre de Ionesco, qui s'efforcent par leur naïveté et leurs expressions comiques de dévoiler toute la bêtise de l'humanité. Personnellement j'ai vraiment beaucoup apprécié ce concept que les personnages ne soient que des pions insignifiants dans un jeu dont les règles ne sont pas définies, même si je pense que cette originalité ne sera pas au goût de tout le monde.

Derrière un scénario un peu déjanté, n'ayant ni queue ni tête, il y a toute une réflexion de Ionesco sur la société, les rapports humains, les couples, les amis, et la famille. Cette pièce aurait réellement pu être inintéressante si elle n'avait pas tout un message à faire passer. Le dossier de mon édition m'a beaucoup aidé à comprendre et donc à apprécier ma lecture, je conseille vraiment d'ailleurs de prendre le Classico Lycée pour cette oeuvre. Les informations complémentaires y sont très approfondies et expliquent bien les pensées et les idées de Ionesco sur son monde.

Le style d'écriture est très accessible, car toute la profondeur de l'ouvrage réside en fait dans la réflexion de l'auteur. La plume n'est donc pas un obstacle à la lecture, et d'ailleurs le livre se lit très rapidement : une heure et demie s'étaient à peine écoulées que je l'avais déjà terminé.

Bref, une pièce de théâtre que j'ai énormément aimé, et que je recommande vraiment ! Elle s'inscrit dans le mouvement de l'absurde que j'ai désormais hâte de découvrir. Et un conseil avant de lire cet ouvrage : achetez de préférence une éditions avec un bon dossier, afin de mieux approfondir votre lecture !


Livre en ma possession.

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je te le conseille ;) Et en plus il est rapide à lire !!

      Supprimer
  2. J'ai lu le roi se meurt de Ionesco qui est pas mal aussi ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai également du lire la Cantatrice chauve pour mon cours de français de cette année et comme toi, j'ai adoré ! Bobby Watson, n'Est-ce-pas ? :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la femme de Bobby Watson qui s'appelle aussi Bobby Watson exerce le même métier que Bobby Watson tout comme son oncle Bobby Watson... X) :p

      Supprimer
  4. J'ai lu cette pièce il y a longtemps mais elle reste toujours gravée dans ma mémoire un peu comme Ubu Roi d'Alfred Jary (que je n'ai pas lu mais j'ai vu une mise en scène au théâtre qui m'a ravi). Si tu cherches une autre pièce dans l'absurde mais assez compliqué tout de même je te conseillerais bien Beckett (j'adore mais j'adore absolument cet écrivain) Fin de Parti. Il y a Sartre aussi et Camus mais là on frôle la démence et la philosophie. C'est très durs comme pièce à chaque fois que je les relie je me prends encore des claques en pleine tête tellement les messages sont clairs et pessimistes. Mais il faut absolument que tu les lises je pense (rien que pour la culture et pour forger encore plus ton esprit critique).

    RépondreSupprimer