mercredi 2 octobre 2013

Pierre, feuille, ciseaux

Couverture Pierre, feuille, ciseauxPrésentation du livre

Titre du livre : Pierre, feuille, ciseaux
Auteur : Catherine Kalengula
Éditions : Hachette
Format : Grand format
Nombre de pages : 295
 
Résumé

Alice a perdu ses parents dans un accident de voiture. Accueillie par sa grand-mère qui vit à Oxford en Angleterre, elle s’enferme peu à peu dans une bulle de solitude et de souffrance.
Shane est un jeune homme rebelle et torturé. Adopté par un couple d’Anglais lorsqu’il était petit, il sent que ses origines coréennes et la difficulté d’être différent l’éloignent de ses parents adoptifs. Artiste contrarié, il se console dans les bras de jeunes femmes qu’il rejette ensuite sans scrupules. Tout sépare donc Alice et Shane, qui vont se trouver pourtant être réunis, le temps d’une panne d’ascenseur. A la faveur de l’obscurité, les carapaces se fissurent, des liens se nouent, une étincelle naît.

Alice parviendra-t-elle à apaiser la colère et la violence de Shane ? Shane pourra-t-il redonner à Alice le goût à la vie ?


Mon avis
 
Tout d'abord, merci au comité de lecture jeunesse de ma médiathèque, et particulièrement à Damien pour le prêt de ce roman ! :)
 
Catherine Kalengula est une excellente auteure jeunesse et ados, que j'ai découvert très tôt grâce à une de ses nouvelles parues dans un magazine. Je l'avais tout simplement adoré, et, arrivée à l'adolescence, j'ai été ravie de voir qu'elle écrivait pour nous aussi ! Quand le comité de lecture jeunesse de ma médiathèque a ramené de sa réunion Pierre, feuille, ciseaux, j'étais très contente : j'allais pouvoir me plonger dans cette romance qui me paraissait tout simplement délicieuse. Et je n'ai pas été déçue, car il s'est avéré que j'ai tout simplement dévoré, et adoré ce beau roman aux notes amoureuses et brisées.
On ne peut pas dire que l'histoire était originale, car elle commence par une scène bien connue de tous : une rencontre de deux étudiants dans un ascenseur qui se bloque. Ca parait presque cliché, mais, pourtant, cette entrée m'a totalement convaincue. Vous voyez, même si le côté plus que romantique de la scène est presque exagéré et que ça a l'aspect d'un bon téléfilm à l'eau de rose, j'ai tout de suite été transportée dans l'univers de l'auteure. Elle nous insère directement dans son récit, et on s'y sent tout de suite à l'aise, un bon point d'après moi. J'aurais peut-être juste un reproche à faire à l'ensemble du roman : l'histoire commence par un jeu de pierre, feuille, ciseaux, mais on sent que ce n'est qu'un élément d'introduction, et pas ce qui va guider le roman... Un peu dommage puisque le titre porte vraiment là-dessus, mais pas gênant non plus puisque ce n'est qu'une histoire de concordance :)
 
Après cette entrée en matière très convaincante, place aux choses sérieuses ! On suit Alice et Shane dans leurs vies respectives grâce à la double-narration très judicieuse mise en place par Catherine Kalengula. J'ai beaucoup aimé voir évoluer ces protagonistes, ce sont en fait deux âmes brisées et errantes, qui vont se trouver, se chercher, se perdre, puis se retrouver. Il s'agit d'une très belle histoire, et outre l'aspect premier qui est peut-être un peu simplet et exagéré au niveau du romantisme, on se retrouve vraiment à l'aise dans cette romance très plaisante.
 
J'ai adoré l'ambiance ; nous nous situons à Oxford, vieille ville remplie de pubs, vieux bâtiments, et surtout universités à la Harry Potter. Il était captivant de suivre les personnages principaux dans les sinueuses rues de cette ville que j'ai déjà visité à deux reprises ; j'y ai vraiment retrouvé une ambiance magique. Je pense que c'est aussi ce qui peut beaucoup plaire dans Pierre, feuille, ciseaux : le cadre absolument fantastique de l'histoire, et l'immersion dans des vieux quartiers d'Angleterre.
 
Ce sont en fait les personnages principaux les pilliers de l'histoire, les éléments sur lesquels tout est centré.
Alice est une jeune française qui a perdu ses parents dans un accident de voiture il y a cinq mois de cela. Depuis qu'elle vit à Oxford chez sa grand-mère, elle refuse de sortir, de reprendre les cours, et d'avoir une vie sociale. Cette adolescente m'a tout de suite beaucoup plu ; son caracère doux et chétif m'a touchée, et je me suis vraiment attachée à elle. Son passé pourtant proche la rend frêle, mais elle fait preuve au cours du récit d'une grande maturité, autant dans son histoire d'amour que dans sa reconstruction.
J'ai je l'avoue un peu plus eu de mal avec Shane, garçon en mal d'amour adopté par un couple riche qui lui donnait de l'affection d'une manière un peu particulière, avec distance en fait. Obligé par son père de suivre des études qui ne l'intéressent pas, sa véritable passion est le dessin, mais, manque de motivation, il a arrêté de croquer tout ce qu'il voit. C'est quand il voit Alice pour la première fois que tout change... Ce personnage m'a un peu paru étrange au début, je n'arrivait en fait pas bien à le cerner. En plus de son attitude instable et de ses changements d'humeur fréquents, il avait la facheuse tendance à vouloir séduire plus qu'il ne faut. Au début, j'y ai plutôt trouvé un Don Juan intéressé par les histoires d'un soir plus qu'un romantique caché comme voulait le montrer l'auteure. Ce n'est qu'à partir de son inscription (je ne dis pas où ni pourquoi ^^) qu'il a changé, et que j'ai pu vraiment découvrir qui il était : un garçon gentil, doué, et intelligent.
 
J'ai bien aimé la fin ; en effet sans faire d'hyperbolisation (ça se dit ?! En tout cas c'est du verbe hyperboliser ^^) au niveau des sentiments et émotions, ni sans en rajouter des tonnes, Catherine Kalengula a ouvert de nouveaux horizons aux personnages, tout en restant un peu sur la réserve en ce qui concerne leur futur. Ces perspectives d'avenir certes floues m'ont beaucoup plu, elles apportaient en fait un final très poétique à Pierre, feuille, ciseaux, avec une vraie morale, mais tout en gardant le fameux charme mystérieux qui fait l'ambiance du livre.
 
En ce qui concerne la plume de Catherine Kalengula, pas de surprise : fluide, léger, doux, poétique sont les maîtres mots du roman. J'aime toujours autant son style, que ce soit dans un registre fantastique, jeunesse, ou romance. On passe un sympathique moment de détente, et je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais en ce moment c'est tout ce que je recherche : un bon roman, captivant et agréable, se lisant vite et simplement, pour m'évader, me vider la tête et sortir un peu des cours.
 
Bref, une réussite pour moi, j'ai trouvé Pierre, feuille, ciseaux à la fois frais, puissant, et captivant ! Emotions, amour, et surtout destins étaient au rendez-vous, et et je vous invite vraiment à vous procurer ce roman si, comme moi, vous aimez les histoire d'amour et que vous recherchez un sympathique moment de détente !
 
Merci encore à Damien et au comité de lecture de ma médiathèqe ! Ce roman est franchement à recommander :)
 
17/20
 
Livre emprunté.

4 commentaires:

  1. Roh! Mince! Il est dans la PAL! On aurait pu se faire une LC!!! En tout cas je suis super pressée de le lire à la suite de ton article! ^3^

    RépondreSupprimer
  2. Aussi doux que mignon ! J'ai beaucoup aimé :)

    RépondreSupprimer