mercredi 13 mars 2013

Wonder

Présentation du livre

Titre du livre : Wonder
Auteur : R.J Palacio
Éditions : Pocket Jeunesse
Format : Grand format
Nombre de pages : 408

Résumé

Ne jugez pas 
un livre garçon
sur sa couverture. son apparence

«Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire.»
 
Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège... Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux ? 



Mon avis

Wonder est une sortie de janvier 2013 que j'attendais avec grande impatience. Ce livre avait de bonnes critiques et m'intriguait. Même s'il n'était pas dans mon genre de prédilection, j'avais vraiment envie de lire ce beau roman.

On suit August, dix ans, qui va pour la première fois aller à l'école. Jusque là, il était resté chez lui, avec sa mère en guise d'institutrice. Pourquoi ? Car il est né avec une malformation faciale, une anomalie sur son visage qui l’empêche de vivre comme les autres.
Je me suis attachée au fil des pages à ce "petit" garçon peu gâté par la vie et un peu mal dans sa peau. Il exprime sa différence et, quelquefois aussi, son mal-être, avec des mots simples mais justes, et une pointe d'humour.

Son récit est ponctué d'anecdotes et de petits passages de son passé. A travers ce retour en arrière, August nous aide à mieux comprendre son monde, et il nous montre aussi qu'il est comme les autres.

L'alternance de points de vue était intéressante et riche, à chaque partie on en avait un différent. Elle apportait une autre dimension au récit. Au début, quand August a la parole, je me suis vraiment demandée ce que pensaient les autres face à sa malformation, ainsi que comment ils le vivaient. J'ai eu les réponses que j'attendais grâce aux récits de Via, sa grande sœur, Summer, une amie, Jack, une connaissance-amie, et d'autres encore.

C'est aussi grâce à ces points de vue que j'ai découvert le caractère et les pensées secrètes de la grande sœur d'Auggie, Via. Sa vie et celles de ses parents sont fondées sur son petit frère... Mais elle, dans tout ça ? Elle est tiraillée entre deux vies : la sienne, avec ses amies, son lycée, mais aussi celle de sa famille, avec les soucis d'August. Elle s'interdit de penser en égoïste, à elle en rpemier, mais elle aimerait aussi beaucoup ne pas que son frère tant chéri monopolise les soins et l'attention de ses parents, au détriment d'elle, la fille sans problème. Je la comprenais, car, malgré son amour pour August, elle veut voler de ses propres elles. Son désir est étouffé par un souci dont elle n'a pas voulu et qui la suit où qu'elle aille. C'était mon personnages préféré, car, sans vivre sa situation, je me sentais proche d'elle.

J'ai aussi beaucoup aimé la mère d'August et de Via, qui avait énormément de mérite à mes yeux. Elle s'est battue pour Auggie, pour que sa différence ne le gène pas, tout en sachant pertinemment qu'il souffrairait. Son fils, c'est son combat, sa vie, et elle ferait tout pour lui. Elle est un peu sur-protectrice, mais cela témoigne de tout l'amour qu'elle porte à son enfant. En plus de ça, c'est une femme gentille, généreuse, et pleine de bon sens.

C'est quand August se rend au collège pour la première rentrée de sa vie qu'on sent clairement les regard apeurés, choqués, moqueurs, ou compatissants des autres.
On a à ce moment-là tout la dureté du monde devant nous. Il y a bien sur les "gentils", mais aussi les "méchants", qui sont bien présents dans Wonder, tout comme dans la réalité d'ailleurs.
C'était bouleversant de voir August souffrir alors qu'au fond, il est comme les autres. Cela m'a donné à réfléchir et à me questionner sur plusieurs sujets, et je suis sure que cela vous remuera un peu aussi quand vous lirez ce livre.

J'ai quand même trouvé la fin un peu trop gentille et "happy end". Mais, vu ce qu'Auggie a pu subir, je pense qu'il est tout de même de bon ton de le ménager un peu :)

La couverture est originale, avec les têtes ayant deux yeux et, au milieu, une plus grosse n'en comportant qu'un seul. Bien que le héros ne soit pas dépourvu d'un œil, elle reflète bien le thème principal du roman : la différence. 
De plus, à chaque changement de narrateur, il y a un dessin représentant le futur personnage qui va parler... Avec un seul œil !

Bref, un roman juste beau, le cri d'un garçon qui est différent. Vraiment, laissez-vous tenter !


17/20

Livre en ma possession.

Time to choose du mois de mars 2013.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire